Syndrome de la bandelette ilio-tibiale

Chroniques

Mais qu’est-ce que cette pathologie mange en hiver? En fait, « syndrome » veut initialement dire un ensemble de symptômes. Donc, cela n’implique pas une blessure précise, mais plutôt différents symptômes pouvant varier d’une personne à l’autre. Cette condition est souvent bien connue par les coureurs, principalement en raison des mouvements répétés de la course ou  lors d’une posture prolongée statique. Son évolution est généralement progressive et non traumatique.

Zoom sur l’anatomie et le mécanisme de blessure

La bandelette ilio-tibiale est une bande rigide large et mince, longeant la cuisse sur sa portion extérieure et ce, jusqu’au genou. Cette bande est l’attache d’un muscle de la hanche soit le tenseur du fascia lata et contribue, notamment, à la stabilité du genou. Ce muscle participe aussi à certains mouvements de la hanche soit le mouvement du patineur en position inclinée; il agit de manière conjointe avec les muscles fessiers.

Par ailleurs, une faiblesse ou blessure au niveau des fessiers peut entraîner une surutilisation anormale du muscle tenseur du fascia lata causant alors de la raideur dans son attache, soit la bandelette. Il est aussi possible d’observer ce type de condition avec un changement dans le positionnement du bassin et bas du dos, étant donné son origine à la face avant du bassin.

Aperçu des traitements

Il est important de noter que l’évaluation de la condition permet de mieux cibler la cause principale de cette pathologie. Ainsi, une meilleure compréhension de la source optimise la récupération et prévient les récidives de blessure.

Ceci dit, la première notion à intégrer est le principe de relâchement du muscle tenseur du fascia lata qui influence alors la tension mise sur la bandelette. Cela peut être fait par le biais d’automassage avec les mains, le rouleau de massage ou un rouleau à pâte. Une autre façon de modifier la tension sur la bandelette est de procéder à un décollement de la peau et des fascias de cette dernière à l’aide de ventouses.

La deuxième notion à considérer, c’est le renforcement des muscles pouvant être faibles et entraîner une mauvaise utilisation du muscle tenseur du fascia lata. Les muscles fréquemment faibles sont les fessiers et les adducteurs de la hanche (les muscles internes de la cuisse). On peut habituellement remédier à cette problématique avec des exercices de renforcement.

Finalement, il peut être intéressant de travailler la stabilité du genou par des exercices d’équilibre de différents niveaux. Il est possible aussi de fournir un « feedback » externe en recourant à du taping pour relâcher et supporter la portion externe de la cuisse/genou.

En conclusion…

Un syndrome de la bandelette peut survenir dans différents contextes. Il est important, dans un premier temps, de cesser l’activité qui provoque la douleur ou du moins, diminuer le volume et l’intensité. Ensuite, identifier la source de la tension est primordiale afin d’obtenir une récupération complète. Et finalement, s’armer de patience et d’assiduité dans les exercices est la clé de la réussite!