Syndrome du tunnel carpien

Lorsque nous parlons d’engourdissements qui perdurent à la main, vous avez peut-être en tête les mots « Syndrome du tunnel carpien » qui résonnent. Faisons un tour d’horizon pour éclaircir cette condition.

Anatomie / pathologie

Cette pathologie se situe à l’intérieur du poignet, où différentes structures, dont un nerf, passent dans un « tunnel » formé par les os du poignet et une membrane qui les recouvre. Ce dernier peut être facilement comprimé ou irrité par un frottement ou un resserrement sur celui-ci. Cette irritation du nerf engendre alors les symptômes connus de ce syndrome tels que des engourdissements et de la faiblesse. Généralement, cette condition est secondaire à des mouvements répétitifs du poignet causant un frottement excessif sur le nerf.

En général, nous observons les mouvements répétitifs du poignet dans des emplois de bureau et de chaîne de montage. Il est aussi possible de retrouver ce type de condition chez les musiciens tels que chez les violonistes. En fait, un mouvement répétitif est un mouvement qui se répète plusieurs fois par minutes et ce, à plusieurs reprises dans une même journée.  Ainsi, une personne risque de présenter des symptômes d’engourdissements et de faiblesse à la main et parfois, de la douleur. Cela est susceptible de nuire tâches au travail, aux loisirs et même à certaines activités de la vie quotidienne.

Facteurs de risques

Il est important de mentionner les facteurs de risques, autres que les mouvements répétitifs, pouvant favoriser le développement du syndrome du tunnel carpien :

Traitements

Il est possible d’éviter la chirurgie. Celle-ci consiste à une décompression du tunnel par une incision partielle au niveau du ligament transverse du poignet. Cela permet alors la décompression du nerf. Cette pratique est seulement effectuée lors des cas majeurs ou lorsque les traitements conventionnels n’améliorent pas la situation. Par ailleurs, des exercices de renforcement seront nécessaires après la chirurgie.

Les traitements conventionnels consistent avant tout à du repos, qui peut être amené par le port d’une orthèse au poignet spécifique pour les syndromes du tunnel carpien. Il est pertinent en physiothérapie de combiner les traitements de l’ultrason (qui permet de diminuer l’inflammation) et des mobilisations des os du poignet (pour augmenter l’espace) et possiblement des aiguilles sèches. Il est aussi important d’ajouter des exercices pour mobiliser le nerf pour réduire les risques d’adhérences, ainsi que l’irritation.

IMPRIMER ENVOYER PAR COURRIEL