Les douleurs thoraciques

4 décembre 2017 - Chroniques

Qui n’a jamais ressenti une douleur du dos près des omoplates parfois sans raison ou à la suite  d’un mouvement anodin tel que vérifier un angle mort ou un éternuement?

Anatomie

La région thoracique est complexe, car plusieurs structures sont impliquées dans cette région. La cage thoracique constitue cette région où les côtes forment des anneaux protégeant ainsi nos organes vitaux. Les côtes de chaque côté partent de notre sternum (en avant) et viennent s’articuler avec 2 vertèbres correspondantes dans le dos. Nous avons un total de 12 côtes, dont 2 flottantes (qui ne rejoignent pas le sternum).

Biomécanique

Les côtes font principalement un mouvement de roulement sur la vertèbre lors de la respiration (inspiration/expiration) et aussi, lors de mouvements du dos (rotations, se pencher). Par ailleurs, une multitude de circuits nerveux et plusieurs couches musculaires se chevauchent dans cette section du corps. Il peut donc être simple de se blesser et avoir une origine référée pouvant expliquer une douleur dans le dos.

Origines

Sternum

Un impact au sternum peut nuire à la mobilité de la côte avec sa vertèbre correspondante dans le dos, car avec l’anatomie en forme d’anneau, ceci crée une restriction de mouvement à distance par bras de levier.

Toux/éternuement

Une toux répétée ou un éternuement intense augmente la pression au niveau abdominal causant alors une expansion de la cage thoracique. Ceci peut alors engendrer un blocage articulaire côte/vertèbre. Il peut aussi en résulter d’une augmentation de la tension des muscles respiratoires, dont les intercostaux qui sont entre chaque côte.

Posture et autres blessures avec compensations

Une mauvaise posture impliquant habituellement le cou entraînera une posture plus arrondie du dos avec une certaine rigidité. Par ailleurs, une fragilité en lombaire pourrait alors compenser par une raideur plus haute en dorsal.

Une blessure à l’épaule changera la mobilité et le contrôle de l’omoplate puisque celle-ci glisse sur la cage thoracique. Elle « tient » dans l’espace principalement par la musculature complexe la reliant à l’épaule et à la colonne thoracique. Ainsi, l’altération du mouvement de l’épaule entraînera un changement indirect par compensation musculaire et articulaire de la colonne et des côtes correspondantes.

Physiothérapie

Les traitements en physiothérapie sont très efficaces dans ce type de problématique. Une évaluation détaillée et spécifique nous permet de bien identifier les sources probables. Nous avons alors les capacités de rétablir le mouvement des côtes et de la colonne, diminuer la tension musculaire, identifier une source externe (ex. l’épaule) et la corriger. Nous donnerons aussi des conseils posturaux et des exercices de renforcement et de mobilité de la cage thoracique, incluant des exercices de renforcement scapulaire.

Une évaluation nous permettra de mieux vous guider vers votre récupération.