×

Nous sommes présentement en période d’embauche à Mont-St-Hilaire. Consulter nos offres d’emploi.

Le syndrome fémoro-patellaire: une blessure fréquente en course à pied

30 avril 2018 - Chroniques

Qu’on l’appelle  la « palette du genou », la « rotule» ou la « patella », ceci est la même structure. C’est un os de forme triangulaire inversée,  qui glisse sur le devant du genou lorsque ce dernier plie et déplie.

Un peu d’anatomie pour se mettre en contexte…

Un tendon est l’attache fibreuse et rigide d’un muscle. Une contraction musculaire amène une traction sur le tendon, qui lui, « tire » sur l’os permettant alors le mouvement de l’articulation.

Ici, l’articulation en question est le genou, le muscle est le quadriceps (devant de la cuisse) et le tendon rotulien.  Les os impliqués sont le fémur,  le tibia, le péroné et la rotule. La patella (rotule) est en fait imbriquée dans le tendon du quadriceps. Une contraction de ce muscle amène un glissement de la patella sur le « cavité rugueuse » du fémur vers le haut, et inversement lors du relâchement musculaire.

Le problème survient quand…

Étant donné que la cavité est rugueuse et étroite et que la rotule épouse parfaitement cette surface, dès qu’il y a un désalignement, une inflammation peut se produire.  Cette irritation peut être le résultat entre autre d’un mauvais alignement en position accroupie, à genou et lors des sports d’impact répété tel que la course à pied.  Par ailleurs, une surcharge de poids ou des mouvements répétés peuvent aussi engendrer cette inflammation.  Cette irritation se produit souvent sous la rotule et au niveau de l’attache du quadriceps, donc le tendon rotulien.  Il est possible d’entendre des bruits et craquements. La douleur est souvent localisée en-dessous de la rotule ou à l’insertion du tendon rotulien.

Quoi faire?

Dans un premier temps, il est important d’appliquer le principe de repos, c’est-à-dire glace et repos de l’activité irritante.  Parfois, l’utilisation de médication anti-inflammatoire ou Voltaren pourrait être intéressante.

Dans un deuxième temps,  tenter d’identifier la cause pour appliquer les changements  appropriés pour réduire le retour de l’irritation.

Si finalement, la douleur persiste, une consultation en physiothérapie permet de faire l’évaluation plus spécifique du contexte de blessure pour corriger les causes. Par la suite, les traitements de choix sont l’ultrason, la mobilisation de la rotule et du genou, le taping et le renforcement musculaire.  Une diminution du volume d’entraînement ou d’activité est souvent nécessaire. Il est aussi important de faire un retour progressif à l’activité quand la blessure est en bonne voie de récupération. Cela diminue les risques de récidive et favorise un retour complet sans séquelle.

Bonne saison de course!