Une épreuve qui sort des sentiers battus!

Chroniques

Raid International Gaspésie

Émile Bernard, physiothérapeute de notre équipe de Sherbrooke, prenait part, il y a 1 mois, à tout un évènement, qui se prépare, se vit intensément et se décante… voici son bilan 1 mois plus tard!

« La préparation d’un évènement d’envergure amène son lot d’appréhension. Il est important de réfléchir aux problèmes potentiels et de planifier en conséquence. J’ai participé en septembre dernier à la 6e édition du Raid International Gaspésie, dont le principe était le suivant : 300 km de course en sentier, de vélo de montagne, de canot et d’autres épreuves de corde et de natation sur un parcours non balisé en équipe de 2.  Nous devions nous orienter à l’aide de cartes topographiques et d’une boussole. Vous comprendrez donc que les problèmes potentiels étaient assez nombreux. Notre préparation pour cette compétition s’est étalée sur près d’un an et comprenait principalement vélo, course à pied, ski de randonnée avec des exercices de renforcement. L’important était d’y aller graduellement et de maintenir la progression.

Comme nous participions à une course en équipe, nous devions définir les rôles et avoir une confiance mutuelle. Pour nous, c’était assez simple; ma coéquipière s’occupait des cartes et de l’orientation, alors que j’effectuais les tâches physiques supplémentaires comme les épreuves de cordes et de natation. Nous avions également une équipe technique qui s’assurait du bon fonctionnement des transitions, du ravitaillement et du campement le soir.

Avec le recul, je suis satisfait de notre préparation physique. Nous avons su bien gérer les problèmes durant la fin de semaine, considérant qu’il est impossible que tout se passe comme prévu. En étant tous deux physiothérapeutes, nous avions la chance d’avoir les connaissances nécessaires à la préparation ainsi qu’à la prise en charge des « bobos ». Notre plus grande lacune était certainement au niveau de l’orientation. Mais comme cette habileté se développe avec l’expérience, il n’y aura que place à amélioration avec la pratique.

Je ne m’attendais toutefois pas à ce que cette épreuve soit aussi exigeante énergétiquement. Nous avons complété les 3 jours de course en un peu moins de 28 heures, sans compter la préparation des cartes, la gestion des problèmes et la révision des stratégies. C’est un peu ça la beauté de cette course; le temps s’arrête et toute notre énergie est dirigée vers un même but. C’est ce que j’aime dans le sport, que ce soit pour de petits ou de grands objectifs, je suis dans le moment présent, avec comme seul objectif d’avancer. Je vous encourage à trouver un objectif qui soit fidèle à votre réalité, puis à consulter votre physiothérapeute pour la préparation physique et la gestion des douleurs qui surviennent. Vous aurez ainsi un entraînement qui respecte les principes de progression et qui prévient les blessures de surutilisation. »