Incontinence fécale

L’incontinence fécale est définie comme le fait de laisser passer des gaz et/ou des selles de façon involontaire, avec ou sans sensation d’envie. Elle a une prévalence qui varie de 3-20% selon les études. C’est généralement un problème qui est sous rapporté par les clients en raison de la honte associé à cette problématique : si le médecin ne questionne pas sur le sujet, le client n’en parlera pas d’emblée. Elle touche autant les hommes que les femmes, et est associée au vieillissement.

Les facteurs de risque principaux sont : les traumatismes obstétricaux (traumatismes aux sphincters lors de l’accouchement), l’obésité, le diabète (en raison des problèmes de sensibilité), les maladies neurologiques (atteintes des systèmes de contrôle de la fonction ano-rectale), la radiothérapie suite à un cancer pelvien.

Les conséquences sont importantes : diminution participation sociale, sentiment de honte important, anxiété liée aux ‘’accidents’’ etc.

Elle peut être causée par le changement de la consistance ou de la quantité des selles, l’incapacité du rectum de s’accommoder, une atteinte à l’intégrité du sphincter ou un trouble de la sensibilité. Elle implique donc plusieurs systèmes qui doivent interagir entre eux : musculo-squelettique, viscéral, neurologique, digestif et peut être influencée par de multiples facteurs.

Une fois les indicateurs cliniques de pathologies plus sérieuses éliminées via l’évaluation médicale, l’intervention en physiothérapie peut s’adresser à ces différents éléments :

L’intervention en physio « guérit » la condition dans 50-80% des cas, et les patients rapportent 80% d’amélioration après 5 séances. D’autres traitements comme des approches chirurgicales ou des agents de remplissage péri-anaux peuvent être envisagés mais comportent un lot de risques, il est donc sage de considérer la physio en 1ere intention. Il ne faut donc pas hésiter de discuter de cette condition avec le médecin traitant, car des solutions efficaces existent!