×

Prenez note que notre système de prise de rendez-vous en ligne est hors d’usage. Veuillez nous contacter par courriel ou par téléphone afin de prendre rendez-vous. Merci de votre compréhension.

Lors d’une blessure, glace ou chaleur?

Chroniques

Un moment de distraction ou peut-être même un geste anodin et hop…une blessure est si vite arrivée. En effet, il faut agir rapidement si on ne veut pas retarder la guérison, alors que faire ?

La phase aigüe

Suite à un trauma, nous rentrons dans la phase inflammatoire ou la phase aigüe. Cette phase dure généralement entre sept et dix jours et est caractérisée par de la rougeur locale, de la chaleur locale, de l’enflure et un durcissement des tissus. C’est lors de cette phase que la glace aura un effet bénéfique. En effet, en appliquant la glace localement de 10 à 15 min aux 2 à 3 heures, celle-ci aidera entre autres à diminuer les risques de saignements internes, à atténuer la douleur et à diminuer l’inflammation en ralentissant la circulation sanguine. En contrepartie, lors de la phase aigüe, il est contre-indiqué d’utiliser la chaleur.

La phase subaigüe

Lorsque la phase inflammatoire est terminée, la majeure partie des tissus lésés sont réparés, mais la réparation n’est pas complète. C’est à ce moment que la chaleur sera la plus efficace. La chaleur devrait être appliquée localement de 20 à 25 min aux 2 à 3 heures également. Celle-ci diminuera les douleurs résiduelles tout en augmentant la circulation sanguine, ce qui favorisera la guérison des tissus. La chaleur diminuera aussi les spasmes musculaires.

De plus, lors de cette phase on reprend nos activités et souvent on provoque de nouveau un peu d’inflammation. La glace sera une fois de plus de mise pour venir enrayer rapidement la réponse inflammatoire.

Bref, l’application adéquate de la glace ou de la chaleur joue un rôle très important pour un retour à la fonction normale rapidement. Évidemment, si vos symptômes persistent, il ne faut pas hésiter à consulter un professionnel de la santé.

Pour plus de détails sur ce sujet, nous vous invitons à lire ce document disponible sur le site de l’Ordre des physiothérapeutes du Québec (OPPQ).