×

Nous sommes présentement en période d’embauche à Mont-St-Hilaire. Consulter nos offres d’emploi.

Tenosynovite De DeQuervain

3 juillet 2018 - Chroniques

Qui, quoi, où? On apprend de nouveaux mots tous les jours!

Une définition s’impose!

Une tenosynovite de DeQuervain est une douleur au poignet près du pouce qui n’est pas nécessairement la conséquence d’un effort important ou un traumatisme. On retrouve souvent ce type de condition après des mouvements répétés. La douleur apparaît surtout lors des soulèvements de charges même légers ou même lors d’une poignée de main. Une impression de blocage du pouce peut aussi se faire sentir.

Qu’est-ce qu’il se passe au juste?

Il s’agit d’une irritation des tendons du pouce soit le court extenseur et long abducteur du pouce. Une gaine fibreuse enveloppe ces 2 tendons laissant peu d’espace entre eux et favorisant davantage de frottement.  Cette condition est le résultat de micro-traumatismes répétés au niveau du pouce dans des circonstances de travail de bureau ou travail manuel avec minutie.

Quels sont les symptômes qui peuvent me laisser croire que j’ai cette condition?

Est-ce que je peux passer des tests pour « officialiser » mon diagnostic?

La radiographie traditionnelle se montre en général normale. Une échographie pourrait confirmer une inflammation des tendons en question, mais non essentielle pour une prise en charge.

Ok, mais ça se traite?

Parfois, des guérisons spontanées surviennent, mais souvent dans des délais de 6 à 18 mois avec des douleurs permanentes, causant beaucoup d’incapacités, voire l’arrêt de toute activité professionnelle et quotidienne.

La première étape est l’arrêt de l’activité en cause. La prise d’anti-inflammatoire et l’application de glace peuvent être pertinentes pour diminuer l’inflammation. Un repos partiel ou complet peut être nécessaire. L’utilisation d’une attelle semble une belle alternative permettant de poursuivre certaines activités sans irriter le pouce.

Les traitements conservateurs en physiothérapie permettent une accélération de la guérison et diminuent aussi les risques de compensations, récidives et de séquelles à long terme.  Les traitements traditionnels en physiothérapie se listent comme suit :

Dans la majorité des cas, la chirurgie n’est même pas envisagée. Mais pour des cas persistants, l’infiltration locale de cortisone est parfois recommandée en combinaison avec les traitements en physiothérapie.